Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 09:27
 La page de la nouvelle AFRIQUE Libre est déjà en train de s'écrire ! Par Houssein IBRAHIM HOUMED

La page de la nouvelle AFRIQUE Libre est déjà en train de s'écrire !

Le Burkina-Faso a réveillé L'Afrique qui attendait ce moment depuis les indépendances! L'Afrique est désormais debout comme un seul Homme et elle a décidé d'être libre! Libre enfin vis-à-vis de ses tyrans et libre aussi vis-à-vis des colons. Par leurs différentes mobilisations dans leurs pays respectifs, les Africains ont déjà marqué des points importants dans leur lutte contre la dictature. La révolution du Burkina-Faso qui a contraint Blaise Compaoré à la fuite misérable est passée par là, tel un tsunami dévastant tout sur son passage...

ADIEU désormais aux Présidences à vie, aux révisions anticonstitutionnelles et aux pillages du continent par les colons et leurs complices: Les peuples d’Afrique sont sortis de leur hibernation pour assumer seul leur destin. Du Géant Congolais au minuscule État du Burundi, en passant par le Cameroun le pays le plus anticolonialiste d'Afrique et Djibouti où le roitelet Guelleh détient le triste record en matière de crimes contre l’humanité, sans oublier la côte d’ivoire et le Tchad d’Idriss Deby mais aussi le Gabon et le Congo-Brazaville, c'est toute l'Afrique q est en mouvement.

Ce sont surtout tous les pays d'Afrique francophone qui veulent se débarrasser de ce cancer omniprésent de l’oppression. En Afrique, le temps de la liberté est arrivé: Plus rien ne pourra désormais retarder cette échéance ! La page de la nouvelle Afrique est en train de s'écrire!

Une chose est sûre, 2015 sera l’hécatombe pour tous les dictateurs d’Afrique !

La patrie ou la mort nous vaincrons !

Vive les peuples d’Afrique !

Vive le Burkina-Faso Libre !

Vive l’Afrique bientôt Libre !

Houssein IBRAHIM HOUMED

Repost 0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 12:51

 

https://www.youtube.com/watch?v=EJo_sRvb0lM&feature=em-uploademail

 

 


Radiio LibreBruxelles a mis en ligne la vidéo RADIO LIBRE TV.
RADIO LIBRE TV
Radiio LibreBruxelles
Houssein Ibrahim Houmed, aux micros Radio Libre lors de la manifestation organisée contre la venue du président Ismail Omar Guelleh le 02 avril 2014 à Bruxelles.
Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 20:47

colonel-ali-soubaneh-chirdon.jpg

En Hommage à la famille de Youssouf Ali Chirdon, Ministre de l'intérieur, mort empoisonné sur ordre de Monsieur Ismael Omachirdon-2.jpgr Guelleh

Parallèlement au génocide anti-AFAR, Ismaël Omar Guelleh programmait également la chasse aux somalis et ciblait notamment les assassinats des personnalités politiques issas qui faisaient preuve d’indépendance et de volonté d’émancipation par rapport à son emprise.

Parmi eux, les noms des grands Hommes qui ont marqué l’histoire de la République de Djibouti. Mahamoud Harbi, Idriss Farah Abaneh Mohamed Djama Elabe, Youssouf Ali Chirdon, Ibrahim Harbi, Yacin Yabeh Galab, le Capitaine Camus et bien d'autres... font partie de la longue liste des victimes que nous n’avons pas fini de recenser complètement. Chaque jour apporte son lot de surprises dans les dérives criminelles de Guelleh qui ne semble épargner personne.

Youssouf Ali Chirdon qui fut un grand ministre de l’intérieur et un homme naturellement respecté pour sa sagesse et sa franchise en République de Djibouti fait partie de ses victimes. Il fut l'un des rares ministres, après Idriss Farah Abaneh à tenir tête à celui qui fut le Chef de Cabinet de son oncle, Monsieur Ismael Omar Guelleh.

La particularité de Monsieur Guelleh est de s’arroger tous les pouvoirs, au mépris des règles républicaines, avec la complicité bienveillante de son oncle Hassan Gouled. En bon ministre de l’intérieur et gardien de la loi, garant de l’ordre républicain, Youssouf Ali Chirdon s'opposera au capricieux Guelleh et osera recadrer celui qui se croyait investi de tous les pouvoirs.

Mais il ne tardera pas à rester Ministre de l’intérieur au péril de sa vie puisque la méthode souvent lâche et criminelle d’Ismaël Omar aura raison contre celui qui aura incarné un tant soit peu le rêve djiboutien.

Nous sommes le vendredi 3 juin 1988, à quelques semaines de la date anniversaire de l’indépendance de la République de Djibouti, le Ministre de l’intérieur vient d'effectuer une tournée auprès de ses policiers mais il ignore déjà que ce sera sa dernière visite d’adieu à la Force Nationale de Sécurité (FNS), avant de rentrer chez lui. Sans manger, il est bizarrement somnolent et s'écroule , atteint par le poison mortel que les amis d’Ismaël Omar lui ont servi, dans un boisson, lors du Cocktail du préparatif du défilé du 27 juin dans l’Académie de Police de Nagad.

Youssouf Ali Chirdon est plongé dans le coma. Il mourra, d’après l’autopsie effectué au Val-de-Grâce, d’une rupture d’anévrisme, exactement dans les mêmes circonstances que Mohamed Djama Elabeh quelques années plus tard. Le mode opératoire est toujours les mêmes. Le produit utilisé également. Le rapatriement sanitaire à l’Hôpital Militaire du Val-De-Grâce par avion médicalisé, qui fait partie du plan, ne modifiera en rien la mort programmée.

Comme Mohamed Djama Elabeh, Youssouf Ali Chirdon est mort en trajet. Mort qui a provoqué l’onde de choc parmi les Djiboutiens qui voyaient en cet homme le seul capable de promouvoir la paix.

C’est tout un peuple en larmes qui pleure l’enterrement de Youssouf Ali Chirdon. La Police lui rendra un dernier et vibrant hommage pour celui qui aura servi avec brio et sans faillir une seule fois la nation djiboutienne. J’avais 14 ans et je voyais ma mère pleurer la mort d’un grand homme. Je venais tout simplement de perdre mon oncle maternel: un drame pour moi, un deuil dans la famille, une tragédie personnelle pour ma mère. Tout Djibouti pointait du doigt le même homme, le terrible, l'assassin de Diré-Dawa, le tristement célèbre Ismael Omar Guelleh.

Monsieur Ismael Omar Guelleh aurait personnellement confié un jour à un de ses proches prêt à témoigner devant la Cour Pénale Internationale qu’il ne pourrait pas prospérer « si des personnalités comme Youssouf Ali Chirdon étaient encore vivantes». Je vous laisse apprécier la teneur de ces propos recevable devant un tribunal.

Il est quand même inquiétant que ces personnalités soient tous d’origine ISSA FOURLABA. Hasard ou calcul politique machiavélique sous l’égide de son oncle Hassan Gouled ?
Il ne faut pas oublier que jusqu’à son accession à la Magistrature suprême en 1999, les assassinats s’effectuaient avec le consentement du Chef d’Etat Djiboutien Hassan Gouled Aptidon qui fut le chantre du tribalisme. Ismael Omar exécutait avec une certain délectation ces plans qui avaient pour but de diviser les Issas.

Ismael Omar rest dangereux pour le pays, pour les Afars, pour les Gadaboursis (la haine de IOG pour les Afars et les Gadaboursis est connue !) pour les Issas y compris pour les Mamassanes. Le tour des Issaks(toute la communauté Issaks n’est pas complice de ce régime) –en particulier des élites Issaks -dont fait partie Monsieur Hersi conseiller du Ministre de la Justice et surtout ALI ABDI FARAH, grand manipulateur qui est à la tête du Lobby Issaks à Djibouti- qui les soutiennent est programmé de toute manière…parce qu’il est inscrit dans l’ADN de toute dictature de finir par pourchasser ses anciens alliés.

Le décès par empoisonnement du Ministre de l’intérieur Youssouf Ali Chirdon t’attend aussi sur la table du Procureur de la Cour Pénale Internationale…

Cher Ismaël Omar Guelleh, il te sera difficile de faire admettre à la mort naturelle du feu Youssouf Ali Chirdon.

Houssein IBRAHIM HOUMED

Repost 0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 23:48

N'ayez pas peur où que vous soyez face à la "SOLUTION FINALE" de Guelleh!!!

En Erythrée comme à Djibouti, la communauté afare subit un génocide latent, patent et sans précédent, subit un apartheid sans précédent et enfin subit un ostracisme sans précédent comme en témoigne le refus de MAFARA sur scène!. Le régime d'Aissaïs AFEWORKI comme le régime d'Ismael Omar Guelleh pratique la politique de la terre brûlée en s'en prenant aux femmes, aux enfants, aux vieillards.

Je profite de l'occasion pour saluer les nobles travaux de La diaspora érythréenne basée en Scandinavie mais aussi de Monsieur Omar Gabassé qui ont bien voulu compléter ma liste déjà longue, toujours insupportable des Afars abattus froidement par des Etats voyous, au seul motif qu'ils sont Afars, au seul motif qu'ils sont différents, au seul motif que leur coloration ethnique dérange et surtout au seul motif que le territoire qu'ils occupent est stratégiquement convoité qu'il s'agisse de Djibouti ou de l'Erythrée.

La situation des Afars dans la Corne de l'Afrique est comparable à la situation des aborigènes australiens. Le point commun de ces 3 Etats résident dans la pratique d'un ethnofascisme de bon aloi. les Afars, ces juifs oubliés de la Corne de l'Afrique méritent que l'on s'y intéressent enfin, au moins une fois avant qu'ils ne soient pris en étau par les Interahamwes de Guelleh...et bien sûr d'Assayas Afeworki.

Mais force est de constater que le peuple AFAR résiste, que le peuple AFAR n'a pas dit son dernier mot, que le peuple AFAR a marqué le XXème et marquera ce XXI ème siècle par son entêtement à ne pas vouloir disparaître par la seule volonté d'un homme, par la seule volonté d'un clan, par la seule volonté des axiomes fascisants et moyenâgeux tant à Djibouti qu'en Erythrée.

La communauté internationale est pour le moment silencieuse voire même discrète et indifférente au sort de ce peuple, face à ces crimes Djiboutiens et Erythréens, face à ces crimes qui portent sans conteste les signatures Guelleh et Afeworki, face à ces crimes qui sont pourtant des crimes contre l'humanité.

la France, mon beau pays n'hésite pas à dénoncer le génocide en Centrafrique quand cela arrange ses intérêts, ma douce France n'hésite pas à privilégier ses bases militaires avant la morale, ma douce France est préoccupé par la position stratégique de Djibouti face aux indicibles souffrances de ce peuple, les droits de l'Homme relégués au second plan...

Qu'il s'agisse de Djibouti, de l'Ethiopie et de l'Erythrée, je lance un appel URGENT au peuple AFAR ou qu'il soit, en particulier à sa diaspora d'Europe et d'Amérique pour se mobiliser massivement, pour ne plus accepter la "SOLUTION FINALE" imposée par Ismaël Omar Guelleh et ses milices interahamwes à Djibouti mais aussi par les tigrées d'Issaïs Afeworki en Eryhtrée...

La Cour Pénale Internationale a naturellement pris connaissance, par mes soins, de ce génocide éryhtréen et djiboutien.

Mes frères de Djibouti, d'Eryhtrée et d'Ethiope, N'ayez pas peur et reveillez-vous!!! Venez vous mettre en rapport avec moi! La flamme de la résistance ne s'éteindra pas comme le disait à juste tire le Général André Charles de Gaulle...


Houssein IBRAHIM HOUMED

Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 22:56
Un Rennais porte plainte contre le président de Djibouti pour crimes contre l'humanité
Auteur : T.R.
Houssein Ibrahim Houmed vient de déposer une plainte auprès de la cour pénale internationale à l’encontre du président de la République de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh. Le Rennais, professeur de philosophie d’origine djiboutienne, l’accuse de crimes contre l’humanité.

Le Mensuel : Vous accusez les autorités djiboutiennes de massacres qui auraient débuté au lendemain de l’indépendance du pays, en juin 1977. Pourquoi porter plainte maintenant ?

Houssein Ibrahim Houmed : Parce que le président Ismaël Omar Guelleh continue de s’en prendre aux femmes et aux enfants du pays. Le génocide ne s’arrête pas, même si personne n’en parle. On retrouve régulièrement des charniers, comme celui de Day, qui avait fait parler en 2007. Le climat est délétère. Le régime est liberticide. Il a transformé Djibouti en prison à ciel ouvert. Plus de 6 000 opposants sont actuellement incarcérés. Parmi eux, il y avait l’un de mes anciens collègues enseignants à Djibouti. Il a été torturé et est mort dans des conditions atroces. Le même jour, l’armée ouvrait le feu sur des collégiens. Pour moi, ça a été l’élément déclencheur. A Djibouti comme dans la diaspora, tout le monde a peur. Il faut rompre ce cercle et faire savoir au monde entier que là-bas, on tue. Depuis le dépôt de ma plainte, j’ai reçu beaucoup de messages d’encouragements et de soutien. J’ai aussi reçu des menaces de mort.

C'est-à-dire ?

Je reçois des coups de téléphone d’intimidation, des messages sur Twitter appelant à ma mort. J’ai également été agressé physiquement chez moi il y a moins d’une semaine. Ma femme et ma fille sont encore sous le choc et veulent que je retire ma plainte. J’ai aussi eu un mystérieux coup de téléphone : mon interlocuteur me proposait 50 000 € contre mon silence. Mais c’est trop tard, maintenant. Je prends ce combat comme une mission. C’est très ambitieux de ma part, mais je souhaite faire pour les victimes djiboutiennes ce que Serge Klarsfeld a fait pour les victimes de la Shoah. Nous avons un devoir de mémoire envers elles. 

Votre plainte est assortie de documents précis, de listes de personnes décédées. Depuis combien de temps travaillez-vous sur ce dossier ?

Depuis 2007. C’est un travail de fou, car les listes sont encore incomplètes. J’ai reçu hier un mail des Etats-Unis d’un monsieur qui me communique 600 autres noms de personnes assassinées par le régime. J’aurais voulu porter plainte plus tôt, mais je voulais m’assurer que toutes mes informations étaient sourcées et vérifiées. Les enjeux sont trop importants. Il me fallait aussi être sortir de la précarité administrative : on ne sort pas un dossier aussi brûlant lorsqu’on a qu’un titre de séjour à faire renouveler chaque année. Maintenant que j’ai la nationalité française, je me sais protégé et sûr de mes droits.

Vous affirmez que ce sont principalement des personnes de l’ethnie afar qui sont victimes des massacres. Pourquoi sont-elles les cibles privilégiées ?

On trouve deux ethnies principales à Djibouti : les Afars et les Issas. Ismaël Omar Guelleh assoit son pouvoir en exacerbant d’anciennes tensions claniques (les Afars occupent une grande partie du territoire, mais c’est un parti issa qui contrôle le pouvoir depuis l’indépendance, marginalisant toute opposition afare. Une frustration qui a dégénéré en guerre civile en 1991, entre Issas et Afars, NDLR). Son gouvernement, sclérosé par des axiomes fascistes, accuse les Afars de tous les maux. Il les a exclus de toute la sphère économique et politique. L’armée djiboutienne mène des raids répressifs jusqu’en Ethiopie où les Afars sont également présents. L’ironie du sort, c’est qu’aujourd’hui Ismaël Omar Guelleh tue indifféremment des Afars et des Issas : il s’en prend à toute personne s’opposant à son pouvoir.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a tiré récemment la sonnette d’alarme sur le "génocide" en cours en Centrafrique. Comment peut-on expliquer le silence de la France sur des massacres à Djibouti, alors qu’elle y dispose de sa plus importante base militaire à l’étranger ?

En 1995, l’assassinat à Djibouti du juge français Bernard Borel avait fait beaucoup parler. Sa veuve, depuis, se bat pour faire connaître les abus du pouvoir djiboutien. Mais les enjeux sont gros pour la France.

 

Repost 0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 17:49

Mr Houssein Ibrahim Houmed etait l'invité dans « Le Compte à Rebours » de ce Dimanche 23 Novrembre 2013.
Franco-Djiboutien, diplômé de l'Université de PARIS-IV-SORBONNE, Professeur de Philosophie des Lycées et à l'Université Paul Verlaine et militant du Parti Socialiste français, candidat aux prochaines élections municipales de Rennes.
Au cours de cette émission, Mr Houmed lève le voile sur la plainte qu'il a déposé tout récemment à la CPI contre le président du Djibouti, Ismail Omar Guelleh pour crimes de guerres, génocide et crimes contre l'humanité pour des violences orchestrées entre 1977 et 2013 ayant occasionné la mort de plusieurs milliers de citoyens Djiboutiens en particulier les Afars.
Mr Houmed soutient que le régime du président Guelleh est tribaliste, génocidaire et liberticide qu'il faut à tout prix l'arrêter dans ses exactions contre les populations djiboutiennes.

 

http://www.youtube.com/watch?v=FOuSvYp7PTw&feature=youtu.be


Repost 0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 17:42

http://www.ardhd.org/houssein/houssein-ibrahim-bbc-24nov13-plainte.avi

 

 

 

Une plainte contre le président Djiboutien Ismaël Omar Guelleh pour

crimes de guerre, génocide et crimes contre l'humanité a été déposée 22 novembre 2013 à la Cour pénale internationale par un ressortissant djiboutien. Houssein IBRAHIM qui est Philosophe, professeur d'université en France, estime qu'il y a eu un génocide contre les Afars dans son pays. Ce crime aurait débuté selon lui après l'indépendance du pays vis à vis de la France en 1977 et l'actuel chef de l'Etat y aurait joué un rôle de premier plan. Ses propos ont été recueillis par Placide Muhigana.

Repost 0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 20:18

Avec Son Excellence Christiane TAUBIRA

Repost 0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 21:19

20130516_120324.jpg

Repost 0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 21:17

Avec François HOLLANDE3

Repost 0

Présentation

  • : Blog dédié à toutes les victimes de la dictature djiboutienne- Houssein IBRAHIM HOUMED
  • Blog dédié  à toutes les victimes de la dictature djiboutienne- Houssein IBRAHIM HOUMED
  • : Philosophe, Diplômé de l'Université de PARIS-IV-SORBONNE, Professeur de Philosophie des lycées et de l'Université Paul Verlaine, Houssein IBRAHIM HOUMED est également JURISTE en Droit des Affaires.
  • Contact

Recherche

Liens